Etude Meuse Médiane


 

Contexte
de l'étude

Comptant parmi les dernières rivières sauvages du bassin Rhin-Meuse, la Meuse présente sur son cours médian - département des Vosges et de la Meuse - des qualités écologiques et un fonctionnement naturel remarquablement préservés pour un cours d’eau de cette importance, et ce, malgré certains aménagements structurant, localisés ou non : canal de navigation parallèle, tronçons canalisés, traversées urbaines, infrastructures routières et ferroviaires.

Ces qualités s’expriment à travers la grande diversité de milieux naturels de fort intérêt écologique dans la vallée, au niveau du lit mineur - faciès et morphologie naturels - et surtout du lit majeur : prairies humides, annexes hydrauliques multiples. Ces milieux hébergent une biodiversité parfois rare et exceptionnelle tant pour la faune que la flore et constituent un patrimoine naturel reconnu et défendu comme tel, autant à l’échelle locale que régionale : de nombreuses zones appartiennent au réseau NATURA 2000 ou ont un statut de ZNIEFF, ZICO, ZPS ou ZSC.

Dans le cadre du contrat de rivière Meuse, le Conseil Général de la Meuse a engagé au début des années 90, une étude globale de restauration et d’entretien du fleuve Meuse. Les quatre communautés de communes ou CODECOM du Sammiellois, du Pays de Commercy, de Void et du Val des Couleurs ont successivement engagé des travaux de restauration de la Meuse et de ses affluents. Des programmes de restauration et d’entretien pluriannuel se mettent progressivement en place sur ces mêmes territoires. Ces travaux ont déjà permis de redonner à la rivière un libre écoulement de son cours d’eau, à restaurer et reconstituer partiellement la végétation des berges, voire même à reconnecter et rendre leur caractère naturel à certaines annexes hydrauliques de la plaine inondable.

 



 

       
 
bassin français de
la Meuse et localisation
de la zone d'étude

carte synthétique de
la zone d'étude


vue 3D de la zone d'étude

 
       
 

 

Toutefois, ces différents programmes de restauration réalisés ou en cours n'ont pas appréhendé la problématique des ouvrages, souvent très anciens, présents dans le lit mineur de la Meuse, et qui posent, depuis un certain temps, de nombreux problèmes hydrauliques et écologiques, non seulement au niveau du lit mineur, mais aussi pour les berges, la plaine alluviale et les zones humides existantes. Le constat réalisé depuis de nombreuses années par les acteurs locaux relate un état de dégradation généralisé, parfois très avancé avec risque de rupture imminente, de ces ouvrages en particulier sur le secteur Vaucouleurs à Saint-Mihiel, bien que ce problème existe également sur le reste du linéaire meusien.

Par ailleurs, les zones habitées de ce secteur sont soumises à des inondations importantes comme l’ont rappelé les dernières crues de 1999 et de 2001, notamment dans plusieurs secteurs sensibles tels Commercy, Vaucouleurs ou encore les communes situées le long du canal ou celles à la confluence avec un affluent de la Meuse. Les inondations récentes de 1999 et 2001 ont décidé l’EPAMA à répondre, en coordination avec les services de l’Etat, à l’appel à projets lancé par le gouvernement dans le cadre de la loi du 30 juillet 2003 sur les risques naturels et technologiques. Le projet de l’EPAMA ou Plan Meuse a été retenu comme projet pilote par le Ministère de l’écologie et du développement durable et constitue la première étape sur la période 2003-2006 d’un programme d’actions à long terme de lutte contre les inondations sur l’ensemble du bassin de la Meuse.

 

 

 

En 2004, les quatre CODECOM ont délibéré pour que soit menée, sous maîtrise d’ouvrage de l’EPAMA, une étude globale qui s’appuie sur le scénario global d’aménagement défini en 2000 et le plan Meuse. Les différentes missions associées à cette étude sont :

  • l’élaboration d’un diagnostic hydraulique et écologique global du secteur ;
  • l’étude de faisabilité de la zone de ralentissement dynamique des crues de VOID-VACON et des mesures compensatoires ;
  • l’étude des aménagements de seuils ;
  • l’élaboration du schéma d’aménagement hydraulique et environnemental et programme pluri annuel