Etude des impacts écologiques

des zones de ralentissement dynamique des crues de la Meuse

 
 

 

Etude de
suivi écologique

 

La stratégie d’aménagement et de gestion des crues à l’échelle du bassin français du fleuve repose sur la création de Zones de Ralentissement Dynamique des Crues (ZRDC) dans le lit majeur du fleuve et de ses affluents.

En créant un obstacle aux écoulements lors des crues largement débordantes, l'ouvrage de retenue favorise temporairement la rétention de volumes d’eau supplémentaires à l’amont de celle-ci.

Or les secteurs de la plaine alluviale concernés par ces ZRDC sont caractérisés par des complexes d’habitats prairiaux et aquatiques remarquables sur le plan de la biodiversité, en étroite relation avec le fonctionnement hydrique de la plaine alluviale.

Au regard du caractère exceptionnel de certains habitats et espèces de la vallée de la Meuse, l’EPAMA et ses partenaires ont initié en 2006, une étude visant à construire et à valider un modèle capable de prédire l’impact de ces aménagements sur le milieu naturel sur trois compartiments biologiques : la flore, l’avifaune et l’ichtyofaune.



 

Cliquez sur les liens ci-dessous ou utilisez le menu ci-dessus pour parcourir les rubriques consacrées à l'étude de suivi écologique:

       
 

Etude globale Meuse Amont, contenu des rubriques

 


 

 



Présentation de l'etude

Contexte
Objectifs
planning
Financement

 

 

 

 

Le suivi
prestataires retenus
Comités de pilotage et suivi
Avancement de l'étude

Les résultats

Photos

 

 

 

Les résultats de cette étude doivent permettre :

  • d’élaborer des recommandations pour la conception et le dimensionnement des ZRDC ;
  • d'anticiper les études complémentaires à réaliser sur chaque site et à améliorer l'évaluation des impacts de chaque projet.

 

 

Cette étude porte sur 7 sites potentiels, soit près de 3900 ha : Mouzon, Dun-sur-Meuse, Consenvoye, Dieue-sur-Meuse, Tilly-sur-Meuse, Saint Mihiel, Void.

plusieurs acteurs se sont associés dès 2003 dans l’élaboration et le pilotage de cette étude : l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse, le Conseil Supérieur de la pêche, les DIREN Lorraine et Champagne-Ardenne, les Régions Lorraine et Champagne-Ardenne, l’Université de Metz.